Flux RSS

Le Web est en effervescence ces jours-ci.

En effet, Google Reader, l'incontournable gestionnaire de flux RSS, fermera ses portes le 1er Juillet 2013.

Nous allons donc devoir choisir de nouveaux prestataires et/ou de nouvelles applications.

Mais avant tout, et en urgence, il vous faut sauvegarder votre liste d'abonnements en l'exportant de votre compte Google.

Non seulement Google Reader était pratique pour organiser ses abonnements aux différents flux RSS, mais de plus la plupart des applications pour lire ces flux étaient compatibles avec le service gratuit.

Pour ceux d'entre vous qui ne seraient pas familiers avec ce système de flux RSS, voici une brève introduction.

FLUX RSS

Un flux RSS est simplement un fichier généré automatiquement par un site web.

A chaque mise à jour du site (ou de la page, ou de l'article, etc), le fichier est automatiquement enrichi des derniers ajouts, devenant une sorte de journal chronologique du site, reflètant son contenu au fur et à mesure qu'il est ajouté.

De cette manière, les flux RSS sont devenus un incontournable pour les sites web d'actualités ainsi que pour les blogs.

Difficile en effet de se souvenir de tous les sites web et surtout de tous les blogs que l'on aime parcourir régulièrement ou plus occasionnellement.

Et l'on n'a pas forcément envie, ni le temps, d'ouvrir tous les jours des dizaines d'onglets dans nos navigateurs. Surtout que les sites, surtout les blogs, sont loin d'être tous mis à jour régulièrement.

La solution est donc de s'abonner à un site, un blog, un sujet, à travers son flux RSS, et de laisser venir à soi les mises à jour automatiquement.

GOOGLE READER

Google Reader était donc devenu depuis longtemps incontournable pour gérer ses abonnements et lire les articles des dits flux auxquels ont s'abonnait : gratuit et puissant, le système avait tout pour plaire.

On bénéficiait de nombreuses fonctions, comme la possibilité de mettre des étoiles à certains articles, et bien sûr des capacités phénoménales de recherche et de stockage de Google.

Le site était loin d'être parfait concernant son interface utilisateur, mais finalement bien pratique.

Je préférais tout de même, comme la plupart des gens, lire les flux avec une application spécialisée, offrant tout le confort d'un système dédié et souvent des fonctions supplémentaires.

APPS LECTEURS RSS

Côté applications, donc, on trouvait principalement des lecteurs de flux, capables d'afficher proprement les contenus, la plupart du temps en proposant des fonctions de lisibilité améliorée.

L'application se connectait à votre compte Google Reader, affichait les derniers articles, proposait une vue lecture aisée1, marquait comme lu au fur et à mesure de vos lectures, permettait le partage vers Pocket, Instapaper ou autre service de bookmarking, etc.

Mais ces apps n'étaient que des lecteurs pour le site de Google et ne seront plus fonctionnelles suite à la disparition du service.

POUR L'UTILISATEUR NORMAL

Les personnes non-geek sont probablement déjà passablement agacées par toutes ces gesticulations informaticiennes.

En effet, le principe même de cliquer sur un petit icone en formes d'ondes pour s'abonner à un blog ou un site d'actualités commençait tout juste à devenir un réflexe pour l'internaute.

Longtemps méconnu, le flux RSS devenait ces dernières années une solution facile pour :

Un clic, et hop ! Ca rentre dans Google, on n'a pas à se poser de questions.

Désormais, ce sera toujours aussi facile, mais si ! A la condition d'avoir préparé le terrain si ce n'est pas déjà fait…

EXPORTER SON COMPTE GOOGLE

Exportez votre compte Google Reader avant le 1er juillet !

Rendez-vous sur le site dans les paramètres de votre compte :

Dans l'onglet Importer/Exporter, cliquez sur Download your data through Takeout :

Dans la nouvelle fenêtre, cliquez sur Créer une archive puis sur le bouton Télécharger.

Vous obtenez un dossier du type votrecompte@gmail.com-takeout qui contient tout le necessaire pour transférer votre compte Google Reader vers un autre service ou une autre application.

LES ALTERNATIVES

Maintenant que cette sauvegarde essentielle est effectuée, nous pouvons nous concentrer sur les choix que nous avons à faire.

Tout d'abord il faut bien considérer deux choses différentes : les simples lecteurs de flux par rapport aux aggrégateurs de flux (qui parfois font également fonction de lecteur).

Un aggrégateur de flux, c'est ce qu'était Google Reader. La plupart des services concurrents (Feedbin, Fever, Feedly, etc) proposent eux aussi d'archiver et de synchroniser vos abonnements pour vous. Ils proposent généralement une fonction pour transférer votre compte Google Reader vers leur service, que ce soit directement (comme Feedly) ou en passant par le fichier de sauvegarde que nous avons effectué plus haut.

Un lecteur de flux, au contraire, est une simple application, qui se contente de lire le contenu de votre agrégateur de flux ou directement des flux eux-mêmes, sans archivage.

La solution idéale n'existe pas, ou plutôt, elle va dépendre de vos besoins et de vos habitudes.

Comme tout ce petit monde est actuellement en pleine révolution, il est tout à fait inutile de se lancer dans un tour complet des solutions disponibles.

Elles changent souvent, de nouvelles font leur apparition, et de toute façon un grand nombre d'entre elles sont vieillissantes ou obsolètes.

Je me contenterai de présenter ici quelques solutions efficaces à mon sens, tout en laissant bien sûr la porte ouverte à tout ce qui pourra se présenter très bientôt.

NAVIGATEUR WEB

Votre navigateur (browser) est en principe tout à fait capable d'afficher le contenu des flux RSS.

En fonction de ses spécificités, il saura lire les flux que vous lui indiquez (il faudre entrer les URL manuellement), et rafraîchira le contenu lors de vos visites.

Je trouve que Firefox se débrouille pas mal2.

En effet, il y a plusieurs façons pour un site de produire un flux RSS, et toutes ne sont pas du même niveau de qualité… Feedburner a longtemps été un favori des webmestres mais le service est peu à peu laissé à l'abandon. Certains flux RSS peuvent être un peu secs et ne contenir que le titre de l'article, un résumé et un lien vers le site… Pour ma part j'utilise le tout nouveau et franchement bluffant service de Maxime Valette, Feedpress (anciennement URI.LV), qui est non seulement fiable et réactif, mais qui formate également le flux de manière fort agréable pour un simple navigateur :

Parceque sinon, un flux RSS brut sans mise en forme, destiné uniquement à être traité par une application, c'est plutôt ça, que vous avez peut-être déjà croisé :

Vous l'aurez compris : le navigateur, pour le RSS, c'est une solution spartiate ; mais qui peut rendre service à qui ne consulte qu'une petit poignée de sites ou blogs occasionnellement.

FEEDLY

J'utilise Feedly depuis presque un an et j'en suis très satisfait.

Le service était déjà sympa quand il ne faisait que se connecter à votre compte Google, mais désormais, avec son propre cloud, il est devenu indépendant et continue son développement activement.

Feedly c'est une solution complète : agrégateur de flux, lecteur de flux dans une page web, lecteur de flux dans l'application dédiée.

Feedly est également compatible avec des applications tierces comme par exemple Newsify.

En tant qu'agrégateur, Feedly est quasiment parfait.

L'ampleur et la structure de leur cloud permet, semble-t-il, une synchronisation de qualité de vos flux RSS.

La gestion des flux se fait par le site web de Feedly, où l'on peut créer des catégories et y faire glisser les abonnements pour les trier.

Chaque article peut être tagué pour établir un futur tri ou des listes :

Il y a également des fonctions de partage assez complètes : Google+, Twitter, LinkedIn, Facebook, Buffer, Email, Instapaper, etc.

Feedly vous propose de transférer automatiquement votre compte Google Reader dans leur propre système.

Vous vous connectez dans Feedly avec votre identifiant Google, et Feedly se charge en toute transparence de transférer votre compte chez eux. Ca marche tout seul.

Sur le site web, plusieurs layouts sont disponibles pour l'affichage des articles : en liste brute, liste avec en-têtes, par cartes (tuiles) ou encore une vue se concentrant sur un article à la fois seulement.

Pour ajouter des nouveaux flux à Feedly, il y a plusieurs façons de s'y prendre :

Le seul défaut de Feedly c'est peut-être justement ce qui fait sa qualité : son intégration. C'est un système tout-en-un, vous ne pouvez pas utiliser votre compte Feedly dans une application de tierce partie.

D'autre part, il est pour le moment encore obligatoire de se logger dans Feedly avec un identifiant Google (votre compte Gmail par exemple), ce qui peut s'avérer gênant pour tous ceux qui souhaitent s'affranchir de Google.

En revanche, un des grands avantages de Feedly en plus de la qualité de son interface de consultation, c'est la synchronisation automatique dans le cloud. Pour un gratuit, c'est formidable.

Bref, en cette période trouble, Feedly n'est pas encore parfait, mais c'est de loin, dans les solutions gratuites, la plus efficace et agréable à utiliser.

NEWSBLUR

Si vous n'aimez pas Feedly, il y a Newsblur, qui existe en version gratuite, avec quelques limitations : 64 abonnements maximum, 10 articles à la fois seulement, etc.

Il y a l'interface web mais aussi des applications iOS et Android.

Une des spécificités de Newsblur est la possibilité de laisser le service trier automatiquement des sujets “trending” ou autres types de listes pseudo-intelligentes.

La version payante, à 24$/an, fait sauter toutes les limitations.

A VENIR

On annonce en ce moment même de nombreux nouveaux services, bientôt accessibles.

DIGG a annoncé son service de agrégateur+lecteur+synchronisation, de même que AOL (hé oui) ou encore Facebook (rumeurs persistantes).

Probablement gratuits, ces services changeront forcément l'éventail des possibilités.

FEEDBIN

Il y a ensuite l'offre des services uniquement payants. C'est en principe synonyme de qualité et de fiabilité.

Je n'ai pas encore testé ces services, même si je planifie à long terme un probable déplacement vers Feedbin.

Feedbin, c'est le service payant ayant le plus de succès actuellement.

Complet, au point d'imiter certaines des fonctions de Google Reader, vous avez pour 2$/mois un service disponible sur le web mais également compatible avec de nombreuses applications de lecture de flux : Reeder, Favs, Press, Readlines, Bulletin, etc.

Vous configurez votre app pour qu'elle se connecte à votre compte Feedbin, et vous bénéficiez de tous les services de Feedbin, dans la mesure des fonctions proposées par l'application, bien évidemment.

Suite à leur succès, Feedbin souffrait depuis quelques jours de lenteurs occasionnelles : l'équipe a depuis mis à jour ses serveurs et le fonctionnement a repris la normale.

AUTRES SOLUTIONS PAYANTES

D'autres services font parler d'eux : Feedwrangler qui propose de pouvoir effectuer des listes et des filtres positifs ou négatifs sur des mots clés, FeedHQ que je n'ai pas testé, ou encore l'étonnant Fever qui mériterait un article à lui tout seul.

APPLICATIONS

Une fois que vous avez choisi votre agrégateur de flux, ou que vous avez décidé de vous en passer, pourquoi pas, vous n'êtes pas obligé de vous contenter d'utiliser l'interface web du service.

Au contraire, il est conseillé dans la plupart des cas d'utiliser une application qui proposera de nombreuses fonctions pour faciliter la consultation.

Une des plus connues et également ma préférée est Reeder, qui existe pour iPhone, iPad et Mac OSX.

Sur iOs, vous avez également les superbes Flipboard et Pulse (qui proposent depuis peu leur propre hébergement de flux).

AUTO-HEBERGEMENT

Pour les plus aventureux, il y toujours la possibilité d'héberger soi-même son service d'agrégation de flux RSS.

TINY TINY RSS

Parmi une offre émergente de plus en plus active, on retrouve souvent ce Tiny Tiny RSS, que je ne connais pas du tout, mais qui gagne en réputation.

STRINGER

Là ça devient carrément plus poilu : Stringer est un lecteur de flux RSS anti-social.

Pas de chichi, pas de graphismes, peu de fonctions, et surtout : il faut installer soi-même l'application sur un serveur Rack de type Heroku.

C'est totalement gratuit, spartiate, geek et formidable.

J'ai eu l'honneur d'en créer la version française, et vous ai déjà proposé sur mon blog un article pour s'y initier.

Mise-à-jour : Stringer est compatible avec Reeder pour iPhone

C'est ‘experimental’ mais je m'en sers au quotidien et ça marche plutôt bien : Reeder et autres clients fonctionnent avec Stringer (en mode ‘read only’) grâce à sa compatibilité avec l'API de Fever.

Il faut suivre les instructions sur la page de Stringer :

Dans SETTINGS>ADD ACCOUNT, choisir FEVER puis entrer vos données :

Server: {path-to-stringer}/fever (e.g. http://reader.example.com/fever)
Email: stringer (case-sensitive)
Password: {your-stringer-password}

CONCLUSION

Franchement, il est encore un peu tôt pour conclure. ;)

L'important étant que vous n'oubliez pas d'exporter votre compte Goolge Reader avant lundi.

Ensuite, prenez votre temps, si vous êtes novice, et choisissez pour commencer une application ou un système facile à utiliser, en tout cas qui convienne à vos envies.

Il sera toujours temps de changer plus tard.

Pour vous entraîner (tousse tousse) voici les adresses RSS de mes blogs :

AYA : c'est le blog que vous êtes en train de lire. Comparez avec la présentation sur le site web.

ERICD : c'est mon petit blog perso, où je poste des liens, images et vidéos.


  1. Service à double tranchant : on se concentre sur le texte, mais on perd la mise en page originale du site avec son choix de typographies, graphismes, illustrations, etc. 

  2. Safari redirige pour sa part désormais vers un lecteur externe (alors qu'il bénéficiait encore de cette fonctionnalité dans sa version précédente). 

Auteur: Eric Dejonckheere