Chers 'journalistes'

Quelques réflexions pour nos amis de la presse.

Mais sinon à part ça, oui, continuez à pleurnicher que la presse se meurt et que plus personne ne vous écoute entre deux publicités.

J'allais terminer par “amicalement” mais je vais plutôt utiliser “connards”. Ben quoi, puisqu'on peut changer les mots comme on veut…

Auteur: Eric Dejonckheere